Le voyage à la ferme biologique de la 3e classe (CE2)

DANS LE PROGRAMME SCOLAIRE DES ÉCOLES STEINER WALDORF FIGURENT PLUSIEURS RENCONTRES CAPITALES ENTRE L’ENFANT ET L’AGRICULTURE. CES MOMENTS SONT  SOUVENT LES SEULES OCCASIONS QUE L’ENFANT AURA POUR DÉCOUVRIR LA VIE D’UNE  FERME PENDANT PLUSIEURS JOURS LOIN DU CADRE FAMILIAL ET HABITUEL.

 

 

Ecole Perceval
Ecole Perceval

Le choix des fermes biodynamiques

Les lieux de vie que sont les fermes, offrent  un espace unique à l’enfant pour voir, toucher, sentir,  goûter,  entendre,  ressentir  en  lui  ces odeurs nouvelles de la nature, des animaux dans leur spécificité, de déguster des saveurs qu’il ne connaît pas encore : quelle expérience que de traire sa vache le matin après l’avoir rentrée à l’aube du pré voisin de l’étable ! Quel visage triomphant lorsque les premières gouttes de lait coulent dans le seau et quelle sensation curieuse ce lait chaud, un peu sucré encore animal! Les agriculteurs prennent soudain conscience que ces expériences sont très fortes pour l’enfant et que l’approche d’une énorme vache de 700 kg doit s’opérer doucement sans brusquer la confiance de l’apprenti trayeur. Les fermes biodynamiques sont là pour produire de la nourriture de haute qualité au rythme des saisons en respectant le sol, les plantes et le monde animal. L’agriculture n’est pas naturelle en soi, c’est une activité culturelle très élaborée et jusqu’au début du 20ème siècle, elle a été  très diversifiée.

Aujourd’hui, la plupart des fermes se spécialisent jusqu’à la monoculture ou le mono-élevage.
Pourtant, seule la diversité garantit un équilibre entre les plantes et les animaux. Ainsi dans une ferme bien conçue les agriculteurs recherchent progressivement à introduire de nouvelles plantes, de nouvelles espèces animales qui viennent enrichir le terroir, les productions, et en conséquence l’harmonie d’ensemble de la ferme.

Ce qu’apporte le séjour à la ferme

Il n’est pas possible de faire un inventaire complet des expériences que l’enfant va faire durant son  immersion  dans  la  peau  d’un  berger,  d’un vacher, d’un jardinier, d’un laboureur, d’un fromager, d’un boulanger et de tant d’autres activités nouvelles.  Tous  les  sens  sont  fortement  mis  à contribution car les éléments attirent magiquement chaque enfant: l’eau du ruisseau bondissant, le feu dévorant après le débroussaillage, le vent qui joue avec les blés en les balançant, et cette terre sombre aux odeurs subtiles et fortes! En fromagerie et en boulangerie les éléments solides et liquides, les fermentations, la cuisson, sont une alchimie subtile que l’on partage volontiers avec les camarades aussi étonnés que nous: une crème liquide qui s’épaissit puis après un moment d’effort devient beurre et babeurre; le solide se sépare du liquide, une genèse puissante qui marque l’âme enfantine.

Pour les plus grands, le contact avec une entreprise agricole prend un sens encore différent; les adolescents sont plus en mesure d’évaluer avec leur esprit critique le sens de chaque acte qu’ils accomplissent et de poser des questions pour une meilleure compréhension des phénomènes rencontrés. Le séjour en forêt est une étape plus délicate, car bien souvent le milieu forestier ne leur est connu que par des promenades. Le travail pédagogique du fermier doit permettre l’éveil du sens de la responsabilité de chacun vis à vis du poumon de la terre que sont les arbres; chacun de nous doit pouvoir respirer de l’air pur pour vivre et rester en bonne santé; l’approche des arbres et de la forêt en tant qu’organisme vivant stimule la conscience individuelle naissante des enfants.

Pour redire la même chose en quelques lignes

La rencontre de l’enfant avec la VIE à la campagne est une nourriture essentielle pour son développement personnel ; les images fortes qu’il en tirera seront des germes en lui et l’accompagneront durant toute sa vie. L’approche des espèces animales au travers de l’alimentation, le comportement et le sens de leur présence, aidera l’enfant à se trouver lui-même, à dépasser sa nature animale ou plutôt à l’apprivoiser et à la mettre à son service plutôt que de la subir à l’adolescence ou durant toute sa vie. La vie en groupe dans ce contexte particulier, va révéler quelquefois un pan entier de l’enfant qu’il n’avait encore jamais pu exprimer ou extérioriser, et de toute façon il ne rentrera pas chez lui dans sa famille comme il était parti; de nombreuses graines pour le futur sont semées et la biographie de chaque enfant révèlera  comment  ces  expériences  rurales  se  sont métamorphosées en connaissance de soi !

Ecole Perceval
Ecole Perceval

Ces  jeux  sont  également  souvent  liés  à l’art de la table : on fait des gâteaux, des pâtés …
Mais c’est aussi l’occasion de voir la fantaisie  émerger  autour  des  tables.  Et  là aussi, il n’est pas indifférent de cultiver un “art  de  la  table”,  belle  vaisselle,  nappes, décorations florales… Un petit de quatre ans s’asseyant à la table de Noël pour le déjeuner  au  jardin  d’enfants : “Merci  de faire ça beau pour nous ! “

Ecole Perceval
Ecole Perceval

Le séjour à la ferme est une école de la volonté d’abord, car il faut se lever pour soigner les animaux : le travail n’attend  pas. Les veaux appellent quand c’est l’heure, le lait doit être transformé, la pâte veut être pétrie et comme dans le conte de Dame Holle, le pommier veut être secoué au bon moment !
En faisant, en participant et en imitant l’adulte dans ses gestes, l’enfant renforce sa volonté. Mais ses autres forces de l’âme sont également mises à contribution car il faut être vigilant, éveillé, sensible pour aller vers la vie des plantes et des animaux ; plus tard en salle ou après le travail, on recherche les mots justes, les concepts et les idées qui sont à l’origine des actes que posent les fermiers sur cette terre qui leur est confiée comme un précieux bien qu’il faut soigner et aimer !

 

Séjour de la 3e classe

Les élèves de 3e classe sont en charge de réaliser et d’entretenir un potager biologique au sein de l’école. Toutes sortes de légumes et fleurs sont ainsi plantés en utilisant bien évidemment le compost réalisé à partir des « déchets » de la cantine bio de l’école. Les élèves ont également la joie de construire un four marocain dans lequel ils font cuire du pain et des pizzas. Un voyage d’une semaine dans une ferme biologique pédagogique est organisé chaque année. Plus d’infos sur la ferme de Saint Yvière.

(C) Saint Yvière
(C) Saint Yvière

Article rédigé par René Becker. René Becker a été agriculteur en biodynamie pendant plus de 20 ans et  a été formateur et animateur.  Il a accueilli de nombreuses classes d’écoles Steiner au  domaine de Saint Laurent près de Cluny en Bourgogne.
Article publié initialement dans la revue 1.2.3 Soleil de l’APAPS

Adapté et mis en ligne le 18 Décembre 2017